Quelle est la quantité de déchets produite chaque année en France ?

Quelle est la quantité de déchets produite chaque année en France ?

C’est parti pour le premier article de ce blog. Pour l’inaugurer, on va s’échauffer doucement en répondant à une question a priori simple : quelle quantité de déchets un français produit-il chaque année ? On commence par un petit quiz. A votre avis, s’agit-il de :

  1. 4,6 tonnes
  2. 568 kg
  3. 261 kg
  4. Aucun des trois

Et la bonne réponse est…1, 2, 3 voire 4 ! Jamais de perdant chez Ludeko.

Compter les déchets, c’est un peu comme compter des manifestants, selon la source on n’obtient pas le même nombre. C’est un peu provocateur, mais ça témoigne aussi de la grande variété de valeurs que l’on peut trouver ici et là, et qui, à titre personnel, m’a un peu surpris quand j’ai commencé à m’y intéresser.  Ce premier article a donc pour but d’éclaircir tout ça.

D'où viennent les données sur les déchets en France ?

LA source officielle à l’échelle nationale est l’ADEME[1]Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie : https://www.ademe.fr/. Au-delà de ses rapports chiffrés réguliers sur le sujet, cet établissement public met également à disposition l’ensemble des données relatives aux déchets en France sur son site SINOE[2]https://www.sinoe.org. Et ça, c’est vraiment super. Autant dire qu’on va s’en servir pour la suite de cet article et les prochains !

Pour être un peu plus précis, ces données sont fournies à l’ADEME par les collectivités locales (villes, intercommunalités, syndicats) qui sont en charge de la collecte des déchets. Si vous consultez le site du syndicat qui gère vos déchets, vous devriez donc retrouver les mêmes chiffres. Attention toutefois aux dates. En effet, le dernier rapport de l’ADEME sur le sujet sur lequel on va largement s’appuyer, sorti en mars 2019, s’appelle « Chiffres clés 2018 » et repose sur des données de 2015[3]https://www.ademe.fr/dechets-chiffres-cles-lessentiel-2018. Les chiffres que l’on va voir datent donc d’il y a déjà 4 ans, c’est important de le noter. Les données de 2017 devraient être disponibles l’année prochaine, on en profitera pour actualiser.

Le trombinoscope de la famille déchets

Petit point définition, pas très fun mais essentiel pour pouvoir comprendre la suite. Dans la famille déchet, nous avons trois grosses catégories que voici :

Déchets municipaux

Il s’agit des déchets gérés par les collectivités locales. C’est donc ici que sont comptabilisés nos déchets en tant que particuliers, mais pas que, nous allons le voir juste après 

Déchets des entreprises

Certaines entreprises gèrent elles-mêmes leurs déchets en dehors du ramassage organisé par les collectivités. Il s’agit en général d’assez grosses structures, ou de zones industrielles, artisanales, centres commerciaux, …

Déchets de construction

Le nom est bien trouvé car il s’agit des déchets liés au domaine de la construction. Ils sont donc le plus souvent produits par des entreprises du BTP, mais sont comptabilisés à part des autres entreprises

C’est la première catégorie qui nous concerne le plus en tant que particuliers. Mais elle est elle-même décomposée en sous-catégories, voyons-les de plus près :

Zoom sur les déchets municipaux

Les déchets municipaux sont en théorie décomposés en deux catégories décrites ci-dessous. A noter quand même un léger flou dans le rapport en ce qui concerne les chiffres où déchets municipaux et DMA semblent confondus. Dans tous les cas seules les valeurs des DMA sont données donc c’est ce qu’on gardera pour la suite.

Les déchets ménagers et assimilés (DMA)

Il s’agit des déchets des particuliers, mais aussi des petits commerces ou sociétés implantées dans les villes et qui bénéficient du même service de ramassage que les particuliers (d’où le « assimilés »)

Déchets occasionnels : Essentiellement déchèterie, encombrants, et déchets dangereux

Les collectes sélectives : En gros ce qu’on appelle en général le recyclage donc verre, emballages (papier, plastique) mais également les biodéchets quand ils sont ramassés à part

Ordures ménagères résiduelles (OMR) : Ah, la voilà enfin notre fameuse poubelle ! Le container le plus souvent de couleur grise ou marron

Les déchets de la collectivité

Tout déchet de la collectivité non géré par le ramassage « classique » : entretien des espaces verts, nettoyage des rues, déchets d’assainissement (boues d’épuration)

Pour résumer, les deux catégories les plus importantes à retenir :

  • les déchets ménagers et assimilés (DMA) qui correspondent à l’ensemble des déchets (recyclage, déchèterie et encombrants inclus) gérés par les collectivités et provenant des particuliers et petites entreprises de ville
  • les ordures ménagères résiduelles (OMR) qui sont une sous-catégorie de la précédente, correspondant à tout ce qu’on n’a pas pu trier et qu’on met donc à la « poubelle »

Et donc, combien produit-on de déchets ?

Nous sommes maintenant un peu mieux armés pour répondre à notre question initiale. Roulement de tambour, voici donc « la » quantité de déchets moyenne par français selon le dernier rapport de l’ADEME[4]https://www.ademe.fr/dechets-chiffres-cles-lessentiel-2018

DMA

568 kg/habitant

Déchets des entreprises

700 kg/habitant

Déchets de construction

3400 kg/habitant

Soit un total de 4,6 tonnes par français. Tiens, c’était la première proposition du quiz. Cela correspond donc à l’ensemble des déchets générés sur le sol français, tout type et secteur confondus, rapporté à la population française. Ce n’est pas forcément ce qui est le plus parlant, et effectivement ce chiffre est assez peu utilisé.

Je vous vois venir, vous lisez tranquillement cet article et en profitez pour rajouter 3 pailles dans votre Mojito en vous disant qu’au final, c’est la construction qui représente la plus grande quantité de déchets. Alors oui, en poids vous avez raison. Mais la plupart de ces « déchets » sont inertes et correspondent à de la terre excavée pour couler des fondations, des pierres, du béton, … ça pèse vite très lourd. Heureusement ils sont de plus en plus réutilisés pour remblayer à d’autres endroits. Je ne dis pas qu’il n’y a pas un réel sujet et des progrès à faire également dans la gestion de ces déchets, mais c’est un sujet différent des déchets qui nous concernent au quotidien et sur lesquels on peut avoir un impact immédiat.

On en vient donc aux 568 kg de déchets ménagers et assimilés (DMA) qui étaient la réponse 2 du quiz. Là, par contre, c’est ce chiffre qui est souvent repris. Mais à mon avis quand on parle aux gens des déchets, je pense qu’ils ont plutôt en tête leur fameuse poubelle, donc les ordures ménagères résiduelles (OMR). Le rapport nous dit cette fois-ci que nous sommes à 261 kg d’ordures ménagères résiduelles par habitant et par an. Soit la réponse 3 du quiz.

Et donc pourquoi la réponse 4 ?

Si vous avez bien suivi, vous remarquerez que les déchets des particuliers et des entreprises / commerces de ville ne sont jamais distingués (ménagers et assimilés). Effectivement, vu qu’ils sont ramassés en même temps et par les mêmes camions, c’est très compliqué de le faire. Ainsi la valeur précédente surestime probablement les déchets des ménages seuls. On peut néanmoins estimer ce chiffre. Le rapport nous dit ainsi que 78% environ des déchets sont imputables aux ménages. Du coup on serait plutôt autour de 200 kg d’ordures ménagères résiduelles pour un particulier par an.

Attention, on parle bien d’une quantité par habitant, et non par foyer ! Autrement dit, pour une famille de 4 personnes cela représente un peu plus de 800 kg par an en moyenne, soit le poids d’une petite citadine. Et hop, une Twingo à la poubelle.

Conclusion

Je ne veux pas faire des articles trop longs donc je m’arrête là et garde le reste pour les prochains articles qui arriveront très vite pour compléter. Ce sera par exemple l’occasion de voir l’évolution de cette quantité de déchets au cours des dernières années, mais aussi les variations d’un département à l’autre, combien ça nous coûte ou encore ce que deviennent ces déchets, les lois et politiques mises en place pour les réduire, …

Comme c’est le premier article n’hésitez pas à dire en commentaire si le format vous plait, si vous avez des questions par rapport à cet article ou des suggestions de sujet pour des articles futurs. Et si vous trouvez ça intéressant, vous pouvez également partager l’article autour de vous, ça peut se faire en un clic sur un certain nombre de réseaux sociaux – dont certains que je ne connais même pas 🙂 – à l’aide des boutons ci-dessous.

Cet article a 6 commentaires

  1. Georges MEZIERE

    C’est bien documenté et les explications sont claires.

    1. Fabien Meziere

      Merci ! En plus on a le même nom de famille, sacré coïncidence.

  2. Mickaël

    Merci c’est très instructif j’ai hâte de lire le prochain doc

    1. Fabien Meziere

      Merci bien, on ne dirait pas vu le temps que j’ai mis à sortir le deuxième, mais c’est très motivant d’avoir ce genre de retour pour continuer de faire des articles

Les commentaires sont fermés.